print

Rechercher

Agenda

« octobre 2017 »
L M M J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
 

Abonnement

Liste de diffusion


Mots clés

Vous êtes ici : Accueil  > Infos et Docs  >  Liens utiles

Le "Big Bang des politiques jeunesse"

Imprimer cette page Envoyer un message Recommander cet article fontsizeup fontsizedown

7 organisations sont à l’initiative de ce texte, 12 sont signataires : ce sont des coordinations, des fédérations, des associations, des mouvements de jeunes, d’éducation populaire, d’insertion et d’action sociale, de la mutualité, des missions locales etc.

Les auteurs de cette plateforme regroupent des associations, fédérations et mutuelles, mouvements de jeunesse, organisations de jeunesse et d’éducation populaire, structures d’insertion, d’hébergement ou de santé. Ils accueillent, accompagnent et travaillent auprès de millions de jeunes chaque année.

Petit rappel historique :

En 2012, 85 organisations (associations, syndicats, mouvements de jeunesse) lançaient un appel “Pour un Big Bang des politiques jeunesse”, appel que le Président de la République semblait avoir entendu en présentant la jeunesse comme la priorité de son quinquennat.

Trois ans ont passé et la situation des jeunes est loin de s’être améliorée. L’engagement phare de “faire que les jeunes vivent mieux en 2017 qu’en 2012”, risque fort de ne pas être tenu.

Par ce rapport, ce collectif souhaite apporter une contribution non exhaustive à l’analyse des chantiers en cours. En tant qu’organisations de jeunes et de jeunesse, mouvements d’éducation populaire et réseaux d’insertion, ils peuvent en effet croiser les analyses et les regards entre jeunes, accompagnateurs et professionnels.

Avis de l’UNAF quant à l’autonomie des jeunes  :

Tous les parents souhaitent l’autonomie de leurs enfants. C’est même le signe d’une éducation "réussie". Mais cette autonomie ne se décrète pas et l’aspect financier n’est pas suffisant : l’autonomie s’acquiert progressivement, professionnellement, psychiquement, socialement ... Et pour cette acquisition les parents sont des accompagnateurs dans la plupart des cas efficients.

Concernant les bourses pour les étudiants, il serait nécessaire de mieux informer les jeunes qui parfois ne les demandent pas alors qu’ils y ont droit. Il faudrait revaloriser les aides en prenant bien en compte à la fois les revenus de la famille, le quotient familial, et la distance du lieu d’enseignement par rapport au domicile familial. L’éventuelle rupture des liens du jeune avec sa famille est évidemment à considérer avec dans ce cas un besoin financier maximum pour les jeunes mais aussi un besoin de tutorat, de référent social pérenne.

Concernant l’allocation universelle d’autonomie évoquée par le "Big bang des politiques jeunesse", l’UNAF considère qu’en période de restriction budgétaire, celle-ci ne s’impose pas pour tous les jeunes, notamment quand les familles peuvent assumer la charge des études de leurs enfants. Elle est, par ailleurs, opposée à une "défamiliarisation des aides" qui procède d’une vision erronée de la réalité : l’autonomie ne se fait pas en un jour et les jeunes étudiants même dé-cohabitant font de nombreux allers-retours chez leurs parents avant d’être totalement autonomes. Il ne faut pas risquer de fragiliser les familles sous prétexte d’aider à l’autonomie des jeunes, ne pas "déshabiller Paul pour habiller Pierre". L’Etat, qui par ailleurs investit plus de 80% en direct pour les jeunes, sans passer par leurs familles (frais de scolarité universitaire très peu élevés, allocation logement etc...) n’a pas non plus intérêt à se passer de ce soutien de la part des familles.

Dernire mise jour le 24 novembre 2016

Envoyer un message

Recommander cet article

 
UDAF28 - http://www.udaf28.fr