print

Rechercher

Agenda

« décembre 2017 »
L M M J V S D
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
 

Abonnement

Liste de diffusion


Mots clés

Semaine 49 : En 2015, le taux de pauvreté atteindrait 14,3 % de la population en France

Imprimer cette page Envoyer un message Recommander cet article fontsizeup fontsizedown

Afin de disposer d’indicateurs plus précoces, l’Insee a décidé, depuis fin 2015, de publier en fin d’année N+1 une estimation avancée pour l’année N à l’aide d’une méthode expérimentale fondée sur la microsimulation.

Appliquée à l’année 2015, cette méthode indique une poursuite de la remontée du taux de pauvreté (+ 0,2 point) et, dans une moindre mesure, des inégalités (+ 0,003 pour l’indice de Gini). En 2015, le taux de pauvreté atteindrait 14,3 % de la population. Les données définitives seront publiées en septembre 2017.

En 2015, le taux de pauvreté monétaire augmenterait légèrement…

Pour l’année 2015, la méthode expérimentale basée sur la microsimulation (encadré) indique une légère hausse du taux de pauvreté monétaire, de 0,2 point. Ainsi, le taux de pauvreté en 2015 s’élèverait à 14,3 %, après 14,1 % en 2014 (figure 1). Cette augmentation de la pauvreté monétaire prévue pour 2015 ferait suite à une légère hausse de 0,1 point en 2014, après deux années de baisse. Le taux de pauvreté en 2015 serait ainsi inférieur de 0,4 point à son point haut de 2011, mais supérieur d’un point par rapport au niveau d’avant la crise en 2008. Cette hausse du taux de pauvreté en 2015 proviendrait principalement de l’augmentation du nombre de chômeurs vivant au-dessous du seuil de pauvreté, elle-même liée à celle du nombre de chômeurs de longue ou très longue durée.

... et les inégalités de niveau de vie se renforceraient légèrement

Selon la méthode de microsimulation, la tendance à la hausse des inégalités de niveau de vie entamée en 2014 se poursuivrait en 2015. L’indice de Gini augmenterait de 0,003, pour atteindre 0,296 en 2015. En 2013, ce coefficient avait fortement baissé (passant de 0,305 en 2012 à 0,291 en 2013) et effacé ainsi l’ensemble de la hausse des inégalités constatée depuis le début de la crise de 2008, avant de légèrement augmenter en 2014 (+ 0,002). En 2015, l’indice de Gini serait ainsi inférieur de 0,012 point à son point haut de 2011 et au même niveau qu’en 2008, avant la crise.

L’évolution des inégalités serait principalement liée à celle des niveaux de vie avant redistribution : l’indice de Gini calculé sur le niveau de vie avant redistribution augmenterait de 0,004, contre 0,003 pour le niveau de vie après redistribution. En effet, les mesures sociofiscales intervenues en 2015 auraient atténué les inégalités, notamment en raison des revalorisations exceptionnelles de certaines prestations perçues par les plus modestes, de baisses d’impôt sur le revenu bénéficiant aux ménages au niveau de vie médian et de la modulation des allocations familiales touchant les plus aisés (André et al., 2016).

Pour leur part, le rapport entre la masse des niveaux de vie détenue par les 20 % les plus riches et celle détenue par les 20 % les plus modestes (ratio (100-S80)/S20 des niveaux de vie) et le rapport interdécile resteraient stables. Ainsi, en 2015, le ratio (100-S80)/S20 atteindrait 4,5 et le rapport interdécile se maintiendrait à 3,5.

Compte tenu de l’incertitude inhérente à l’utilisation d’une enquête par sondage, les évolutions du taux de pauvreté et de l’indice de Gini sont à la limite du seuil de significativité d’un point de vue statistique.

Les données définitives pour 2015 des indicateurs de pauvreté et d’inégalités seront publiées en septembre 2017.

A noter que, les familles pauvres avec enfants rassemblent 5,7 millions de personnes dans le monde. Deux tiers vivent au sein d’un couple avec enfants, un tiers au sein d’une famille monoparentale. (Source : UNAF)

Dernire mise jour le 7 décembre 2016

Envoyer un message

Recommander cet article

 
UDAF28 - http://www.udaf28.fr